Merci Lou !

Ce dernier jour du mois d’août signe la fin du service civique de Lou, qui est restée 7 mois aux Fioretti en assurant une présence quotidienne. Elle s’est illustrée dans tous les aspects du jardin, que ce soit les tâches manuelles de jardinage et les constructions, mais aussi l’accueil des personnes au jardin, la vente, l’encadrement des réfugiés, plus largement l’organisation du terrain, et bien d’autres choses encore ! (la liste est longue) Et le tout avec grand sourire et bienveillance.
Comme bien d’autres elle aura marqué l’histoire des Fioretti en ajoutant sa pierre à l’édifice, ou plutôt ses carreaux de faïence à la grande mosaïque humaine que constitue ce jardin.
Dans quelques années les anciens qui l’ont connue se remémoreront Lou avec nostalgie : « Ah, du temps de Lou… » ou encore « Si Lou était là elle dirait que… ». S’en suivra un rappel de ses exploits (ayant survécus par tradition orale seulement) : « Elle savait planter une rangée de tomates en seulement 12 minutes » diront-ils, « reconnaître tous les insectes du jardin au premier coup d’œil », ou « construire des huttes en bambou »… lesquels exploits auront, comme il sied à tout grand personnage du passé, acquis un côté quelque peu légendaire : « elle savait planter les choux avec les genoux », ou bien « elle savait tourner 300 fois sur elle-même sans avoir la tête qui tourne ! » ou encore « on raconte qu’elle arrivait à se dédoubler soudainement par division cellulaire, et refusionner plus tard une fois la tâche accomplie ». Lorsqu’elle était là certains ont essayé de faire des boutures de Lou à partir de mèches de cheveux mais ça n’a pas fonctionné.
Il est temps à présent de vous révéler sa véritable identité : Lou s’appelle en fait Lou’Ann et elle est bretonne. Vous pouvez la rencontrer en vrai à Nantes où elle poursuit ses études non loin de son milieu naturel.

Merci Lou pour tout ce que tu as apporté aux Fioretti !

Quelques-uns de ses clichés :

Chaleur et verdure

« Vous travaillez par cette chaleur ? » Entend-on répéter souvent. Eh oui, l’activité du jardin bat son plein, c’est le moment ou jamais d’être sur le front : les plantes transpirent et ont besoin d’eau ! Mais elles nous le rendent bien par un beau feuillage et de beaux fruits.
Et puis, la chaleur n’est pas la même au jardin que dans une rue bétonnée et goudronnée : on peut s’imaginer marcher pieds nus dans l’herbe par 40 °C, mais en aucun cas sur de la matière minérale ! Remarquez que l’herbe, les plantes, les arbres, ne « chauffent » pas… Pourquoi donc ?

Nouveau bac de culture, construit avec des volets récupérés :

Nouveau point de vente également :

Enfin quelques images « vertes »…